Sorcières

Informations sur la production

Les Sorcières de Salem d’Arthur Miller
Mise en scène : Maude St-Denis
Projet non-UDA

La pièce compte 21 personnages, 11 masculins et 10 féminins, mais certaines modifications peuvent être apportées. Aucun âge limite.

Synopsis

1692. Salem Village. À l’époque coloniale des États-Unis.

Elisabeth découvre la liaison que son mari, John Proctor, entretient avec leur servante Abigail et renvoie celle-ci. Pour se venger, la jeune fille réunit quelques-unes de ses amies et organise au plus profond de la forêt une séance de sorcellerie censée nuire à Elisabeth. Les jeunes filles sont surprises lors de cette session et afin d’échapper aux sanctions, se prétendent victimes du diable.

Biographie de votre metteuse en scène

MaudeArtiste multidisciplinaire, Maude St-Denis possède un baccalauréat en interprétation de l’Université du Québec à Montréal, une maîtrise en Lettres françaises de l’Université d’Ottawa et un certificat en pédagogie de l’Université de Montréal. Elle a travaillé comme comédienne (L’Opéra de Quat’sous et Pinocchio : une aventure électrique) et auteure avec la Compagnie Vox Théâtre d’Ottawa et en tant qu’auteure pour le théâtre La Catapulte, également d’Ottawa. Ne prenant rien pour acquis, elle cherche sans cesse à parfaire sa formation à travers différents stages et classes de maître auprès du Théâtre de l’Opsis, du Théâtre de Quartier et du Théâtre français du Centre national des arts d’Ottawa.
Auteure de trois pièces de théâtre (Zoo et jardins du monde, Soleil blanc et Tristan et Yseult : Innamoramento e amore), sa passion du jeu la ramènera sur les planches par le biais de Posthume productions lors des deux premiers laboratoires Off de Marie-Ève Groulx (2016 et 2017) et la production Huit femmes, mise en scène par Anne-Audrey Deltell ce printemps 2018 dans le rôle de Pierrette.

Outre le jeu et l’écriture, Maude St-Denis est la metteure en scène de la troupe parascolaire du Cégep Marie-Victorin depuis 2016. Sa démarche en tant qu’artiste, si on doit en identifier une, serait d’explorer les différentes approches du travail de création théâtral en puisant à même la source d’autres formes d’art : le cinéma, la danse, le cinéma, la musique, et ce, en toute humilité.  Mettre en relations les différentes composantes de ces disciplines artistiques, comme si elles se questionnaient et se répondaient les unes aux autres, tel un dialogue infini…

Vision de la metteuse en scène pour ce projet

Au moment d’écrire ces lignes, la proposition de monter les Sorcières de Salem vient tout juste de se rendre à moi… Ma réflexion n’est pas encore terminée quant à la façon dont je vais m’attaquer à cette pièce du répertoire américain. La commande est énorme, le texte presque sacré, l’histoire mythique…!  Mais une chose est sûre : je dois trouver la résonance de ce texte dans nos esprits et dans nos cœurs du XXIe siècle, nonobstant les considérations esthétiques du spectacle, les possibilités scéniques qui s’offriront à moi et le budget dont nous disposerons pour mener à terme cette production.

D’entrée de jeu, il y a la place et le traitement que les hommes font subir aux femmes dans cette histoire. Elles sont des femmes qui enfantent, elles sont des femmes servantes, elles sont des femmes objets de désir… Cela ne vous rappelle-t-il pas une certaine servante écarlate de Margaret Atwood ?

Il y a également tout le discours des hommes de loi et des hommes de Dieu dans ce texte de Arthur Miller. Le rapport à l’autorité, le rapport à la foi, à ce qui est bien, ce qui est juste, à ce qui doit être fait. Il y a le rapport à la conscience, à notre propre conscience humaine, aux choix que nous devons pendre et assumer.

Et il y a surtout le désir… Celui d’Abigaïl Williams pour John Proctor qui la conduira à une vengeance qui la dépassera. Il y aura celui de John Proctor pour Abigaïl qu’il ne se pardonnera jamais. Il y aura le désir de pouvoir du Révérend Parris sur ses paroissiens. Celui du Révérend Hale comme représentant de la loi et l’ordre…

Je souhaite faire de NOTRE version des Sorcières de Salem, une métaphore de ce que nous vivons aujourd’hui, alors qu’un simple clic peut faire voyager une fausse nouvelle, au-delà des frontières…

Ma réflexion se poursuit… Je me sens habitée de plus en plus par cette pièce et j’espère que vous aurez envie de vous joindre à moi afin de poursuivre la réflexion.

Calendrier en salle

Entrée en salle et 5 représentations entre les 14 et 21 mai 2019, horaire exact à confirmer.

Programme de répétition

Horaire de répétitions : Les Sorcières de Salem

Octobre

Mardi 9 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 16 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 23 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 30 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30

Novembre

Mardi 6 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 13 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 20 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 27 (endroit à confirmer) 18 h 30 à 21 h 30

Décembre

Mardi 4 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 11 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 18 18 h 30 à 21 h 30

Janvier

Mardi 22 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 29 18 h 30 à 21 h 30

Février

Mardi 5 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 12 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 19 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 26 18 h 30 à 21 h 30

Mars

Mardi 5 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 19 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 26 18 h 30 à 21 h 30

Avril

Mardi 2 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 9 18 h 30 à 21 h 30
Mardi 30 18 h 30 à 21 h 30

Mai

Mardi 7 18 h 30 à 21 h 30
Samedi 11 9 h à 17 h
        • Il est possible qu’une autre journée intensive soit ajoutée au printemps.

Participation financière et autres exigences

50 $ de cotisation pour être membre POSTHUME. Celle-ci vous donne droit à un tarif réduit pour assister aux autres productions de la saison 2018-2019 ainsi qu’à une paire de billets que vous pourrez donner à des gens de votre entourage pour assister à l’une des deux premières représentations.

+

375 $ pour participation au projet Les Sorcières de Salem

Le tout payé en un ou deux versements, mais il y a place à la flexibilité. Le premier versement sera exigible après la deuxième répétition, date de fin de la période de retrait.